LePalatin.com Paul Djoko : Son rêve américain 2/2

Paul Djoko : Son rêve américain 2/2

Basket
17 Juillet 2018 19h19

Traverser l’Atlantique pour tenter de s’imposer au pays du Basket-Ball n’est pas chose aisée. Pourtant, certains tentent leur chance jeune, très jeune. C’est le cas de Paul Djoko, jeune Strasbourgeois qui a choisi de rejoindre l’Université de Northern Kentucky pour suivre ses études, mais par la même occasion, vivre de sa passion, le Basket-Ball.


Tu as rejoint l’université de Northern Kentucky en 2017. Peux-tu nous expliquer comment s’organisent tes études aux US ?

J’ai rejoint Northern Kentucky University à l’automne 2017. Mon cursus universitaire s’appelle “Computer Science Major”, l'équivalent d'un master en informatique.

Pour un étudiant français, l’intégration n’est-elle pas plus difficile ?

L’intégration au début était un peu difficile étant donné le changement de langue, de culture, d’environnement, etc.... Parler l’anglais était un peu compliqué au début mais j’avais moins de difficultés à le comprendre ce qui m’a aidé, notamment pour les cours. Néanmoins, l’intégration était plus facile que prévu, malgré le changement de langage.

D’ailleurs, quels regards portent tes coéquipiers sur le basket en France et en Europe ?

Mes coéquipiers n’avaient pas forcément de regard sur le basket français étant donné qu’ils ne s’y intéressent pas trop (rires). Cependant ils savent que le basket européen, et la France plus particulièrement est une puissante nation du basket étant donné l’expansion de la NBA avec les joueurs internationaux et du fait qu’il y ait de plus en plus de jeunes européens traversant l’océan pour venir jouer dans les universités américaines.

Quels enseignements tires-tu de ta première saison à l’Université ?

Ma première saison était en majorité une saison d’apprentissage. Nouveau système, nouveau coach, nouvelle langue etc. ce fut un grand changement pour moi. Le basket y est différent, tout va plus vite, les joueurs sont plus physiques, sautent plus haut, j’ai donc dû m’adapter à ces changements. Mais maintenant que j’ai une meilleure condition du basket universitaire, ma deuxième saison va être plus simple pour moi et je vais avoir plus d’opportunités de m’exprimer.

En 2016, tu as décroché un titre de champion d’Europe 3x3 U18. Cette discipline, bien qu’encore méconnue en France, va devenir olympique en 2020. Cela doit être un réel objectif pour toi ?

Le 3x3 est certes encore peu connu en France mais il est malgré tout en pleine expansion et j’observe, chaque année, qu’il y a de plus en plus de participants, de tournois organisés et les meilleurs joueurs français commencent à s’y intéresser. J’ai bien conscience que le fait que le 3x3 soit devenu une discipline olympique l’année dernière aide grandement à son développement, et c’est vraiment une bonne chose car la discipline le mérite. Les JO 2020 sont un rêve évidemment mais je reste concentré sur ce qu’il se passe sur le moment et dans mon futur proche. Nous verrons si l’opportunité s’offre à moi au moment voulu.

Et Paris 2024 ?

Paris 2024 serait encore plus grand pour moi étant donné que ce serait une opportunité de disputer des Jeux Olympiques à la maison, à Paris, mais comme dit, 2024 est encore très loin et personne ne sait ce qu’il peut se passer d’ici là, maintenant cela reste dans un coin de ma tête et c’est forcément un objectif.


Est-ce que cette discipline t’a permis de développer une autre facette de ton jeu ?

Le 3x3 m’a vraiment beaucoup apporté, que ce soit dans mon jeu ou en termes de confiance en moi. La discipline est vraiment tournée vers le 1 contre 1 et les qualités personnelles, ce qui donne beaucoup plus de liberté à chaque joueur de s’exprimer. Le 3x3 m’a aidé à développer mon jeu offensif et mon leadership sur le parquet étant donné que les coachs ne se trouvent pas en bord de terrain à nous donner des instructions. Le 3x3 est vraiment une partie importante de mon expérience basket et je ne regrette en rien de m’être lancé là-dedans. J’ai dû faire une croix sur l’équipe de France cet été car j’avais des obligations avec mon université mais je reste très proche du 3x3 et je vais sans aucun doute continuer dans cette discipline dans les années à venir.

En foulant les parquets des universités américaines, la NBA est-elle la prochaine étape de ta carrière ?

La NBA est forcément un objectif pour tout joueur amoureux du basket comme je le suis. Maintenant je reste concentré sur mon université et mes performances au sein de mon équipe et si un jour l’opportunité se présente je serais prêt à saisir ma chance.

Tu es proche de Frank Ntilikina (que tu as connu à Strasbourg), te prodigue-t-il des conseils pour la suite de ta carrière ?

Oui, je connais Frank depuis longtemps. Nous avons fait toutes nos catégories jeunes ensemble depuis la sélection du Bas-Rhin, puis au pôle espoirs, en sélection d’Alsace U15 et en club pendant 2 ans. C’est un de mes meilleurs amis et nous sommes restés très proches. Nous nous parlons souvent et il me donne souvent des conseils que ce soit par rapport au basket ou simplement par rapport à la vie de tous les jours. J’aime beaucoup parler avec lui car son parcours est incroyable et toute personne ayant des intentions de jouer à haut niveau devrait le prendre pour exemple.

Crédit photo : Northern Kentucky University

A propos de l'auteur

Jonathan